Retour sur le trajet parcouru depuis les débuts de Tawipay, comparateur de coûts de transferts internationaux d’argent, lors du Startup Weekend Lausanne, jusqu’à son lancement aujourd’hui.

L’après Startup Weekend

Pitcher, trouver des partenaires, développer un concept, se remettre en question, pitcher à nouveau, boire des bières pour célébrer tout ça et se promettre de continuer à développer l’idée: tout va trop vite pour se préparer à la suite.

N’étant pas à mon premier Startup Weekend, je sais que la désillusion vient souvent remplacer l’euphorie une fois le Weekend terminé.

Mais ne pas gagner le Startup Weekend, c’est peut-être ce qui nous a donné l’envie de continuer et prouver que le concept en valait la peine. Ou peut-être s’est-on simplement accroché à l’idée et son énorme impact social potentiel: selon la Banque Mondiale, les migrants africains ont payé environ 4 milliards de dollars de frais en trop en 2012, dû aux prix trop élevés par manque de concurrence.

Quoiqu’il en soit, forts des nombreux échos positifs, toute l’équipe a répondue présent lors des premiers échanges de mails et le projet était lancé sur ses rails.

Garder le rythme

Alors que l’équipe s’est dispersée géographiquement (entre Lausanne, Genève, Zurich ), les premières mesures ont été de s’organiser en plusieurs équipes (selon les différents domaines de compétences), de faire une vidéo-conférence par semaine et de surcommuniquer, surtout les moindres avancées, pour rester motivé.

Tout a été fait pour encourager l’initiative personnelle et éviter toute structure hiérarchique ou décisionnelle qui nous aurait ralentis ou démotivés.

Montrer Vs Expliquer

Pendant que nous travaillions tous sur le projet durant notre temps libre dans un environnement nouveau et avec un certain nombre d’incertitudes, il était clair que nos hypothèses se devaient d’être testées avant d’aller plus loin.

Y a-t-il un quelconque intérêt pour notre comparateur de prix? Est-ce que nous serons à même de trouver des partenaires pour générer des revenus?  Quel est le coût du trafic que nous ciblons? Est-ce que le business model est viable?

C’est là que le prototype entre en jeu: un simple site internet simulant les fonctionnalités du comparateur de prix que nous voulions mettre en place.

Ce premier prototype nous a permis de faire des tests au niveau du marketing et des taux de conversions. Avec ~200€ en coupon pour certains services de publicité (Facebook, Google Adwords, Bing & Yahoo, LinkedIn), il nous a été possible de voir quels messages étaient les plus percutants, le pourcentage de personnes faisant une recherche, analyser les données de leurs recherches et avoir un premier contact avec des utilisateurs potentiels.

Mais surtout, suivant l’adage “montrer vaut mieux qu’expliquer” (Showing Vs Telling), un prototype (même aussi basique et sans réelles fonctionnalités) est bien plus performant que n’importe quelle présentation lorsqu’il s’agit de contacter des partenaires potentiels.

Au fond, tout n’est qu’exécution

Forts de nos apprentissages et des efforts de développement, nous sommes à même aujourd’hui de présenter notre première version opérationnelle de notre comparateur de coûts de transfert d’argent à l’étranger. Il est assez intéressant de comparer notre présentation de fin du Startup Weekend et la version que nous lançons aujourd’hui. Que ce soit le concept, le business model ou le module de comparaison rien n’a drastiquement changé depuis…

Photoshop to website comparison 2.0 520px

À gauche, le fichier photoshop réalisé lors du Startup Weekend, à droite le site de Tawipay.

 

Outils/services utilisés